Print Friendly

L’alcool

A_Glass_of_Whiskey_on_the_RocksQu’est ce que c’est ?

Les boissons alcoolisées contiennent une substance appelée alcool éthylique plus connu sous le nom d’éthanol. On l’obtient soit par fermentation comme dans le vin, la bière, le cidre, soit par distillation comme dans le whisky, le gin, la vodka. C’est une substance qui agit sur le cerveau en modifiant son fonctionnement.

 

Qu’est ce que ça fait ?

Nous ne sommes pas tous égaux face à l’alcool. Les effets varient selon le sexe, le poids de la personne, sa personnalité, sa forme physique et morale, selon que la personne a mangé ou pas, selon qu’elle a pris certains médicaments. Mais de toute façon, les effets augmentent avec la quantité de boisson bue et la rapidité avec laquelle on la boit.

 

Après avoir bu un peu d’alcool, la plupart des gens se sentent détendus.
Ils peuvent dire ou faire des choses que normalement ils n’oseraient pas faire.

A fortes doses l’alcool peut entraîner des vomissements, des troubles de l’équilibre, des difficultés à parler et surtout une perte de contrôle de soi et des troubles du comportement.

 

Quels sont les risques ?

Avec l’alcool, plus on augmente les quantités, la fréquence et les occasions de boire, plus les risques sont importants.
Les risques immédiats peuvent être liés a une diminution de la vigilance et des réflexes, à une augmentation du temps de réaction et à une perte de contrôle de soi. (Actes de violence, accidents de la route, accidents du travail, risques sexuels).

 

A moyen terme, la consommation excessive d’alcool peut être à l’origine de graves maladies (cirrhoses, maladies neurologiques, maladies cardio-vasculaires, cancers, troubles mentaux), d’une dépendance physique et psychologique.

 

Pendant la grossesse, l’alcool est fortement déconseillé car il est nocif pour le fœtus (risque de prématurité, de faible poids à la naissance, de malformations).
Les mélanges d’alcool avec le tabac, avec certains médicaments, avec le cannabis augmentent les risques.

 

Que dit la loi ?

Alcool au volant

En France, il est interdit de conduire avec une alcoolémie supérieure à 0,5 g/l dans le sang ce qui correspond environ à 2 ou 3 verres standard consommés en une seule fois. Un verre standard correspond à un verre tel qu’il est servi dans un bar et contient environ 10 grammes d’alcool pur. Mais attention, les verres pris chez soi ou chez des amis sont souvent servis plus généreusement. La quantité d’alcool y est donc supérieure. De nombreux facteurs peuvent également influencer le taux d’alcoolémie (voir paragraphe « qu’est-ce que ça fait »).

 

Le seul moyen d’éliminer l’alcool consommé est d’attendre (environ 1 heure par verre). Vous pouvez aussi vous faire raccompagner.

 

La conduite sous l’empire d’un état alcoolique est un délit, réprimé depuis 1965 en France.

Depuis le décret du 29 août 1995, l’alcoolémie légalement tolérée pour tout conducteur de véhicule est fixée à 0,5 g/l de sang (0,25 mg/l d’air expiré).

 

Au-delà de ce taux, la conduite d’un véhicule constitue une infraction relevant, selon le niveau d’alcoolémie constaté, du tribunal de police ou du tribunal correctionnel. Elle est passible entre autres d’une peine d’amende, du retrait de points du permis de conduire, de la suspension ou du retrait du permis, voire d’une peine de prison.

 

En cas d’accident ayant entraîné des blessures ou un décès, les peines sont aggravées et peuvent atteindre sept ans d’emprisonnement et 100.000 euros d’amende pour homicide involontaire :
• lorsque le conducteur se trouve en état d’ivresse manifeste ou est sous l’empire d’un état alcoolique caractérisé par une concentration d’alcool dans le sang ou dans l’air expiré égale ou supérieure aux taux fixés par les dispositions législatives ou réglementaires du code de la route, ou refuse de se soumettre aux vérifications prévues par ce code et destinées à établir l’existence d’un état alcoolique.
• lorsqu’il résulte d’une analyse sanguine que le conducteur a fait usage de substances ou de plantes classées comme stupéfiants, ou  refuse de se soumettre aux vérifications prévues par le code de la route destinées à établir s’il conduisait en ayant fait usage de stupéfiants.

 

Si est constatée la présence d’alcool et de stupéfiants, ou si une ou plusieurs autres circonstances aggravantes sont associées à la prise de stupéfiants ou d’alcool, les peines sont encore alourdies, pouvant aller jusqu’à dix ans d’emprisonnement et 150.000 euros d’amende.
Dans les stations services, la vente de boissons alcoolisées à emporter est interdite entre 22h00 et 6h00 du matin.

 

Concernant les mineurs

L’article 93 de la loi n°2009-87 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, confirme l’interdiction de la vente des boissons alcooliques à tous les mineurs (et non plus aux seuls mineurs de moins de 16 ans) et ajoute que l’offre de ces boissons à titre gratuit à des mineurs est également interdite dans les débits de boissons et tous commerces ou lieux publics.

 

Elle rappelle que la personne qui délivre la boisson, à qui la loi s’impose, peut exiger du client qu’il établisse la preuve de sa majorité.
L’article L3342-4 du Code de la santé publique impose qu’une affiche rappelant les dispositions relatives à la protection des mineurs soit apposée dans les débits de boissons à consommer sur place (idem concernant les débits de boissons à emporter). Les modèles et les lieux d’apposition de ces affiches seront déterminés par arrêté.

 

Quelques conseils

Règles générales

Toute consommation expose à des risques. Il est préférable de ne pas consommer de drogues. Si consommation il y a, il vaut mieux :
• s’abstenir, voire reporter la consommation, quand on se sent mal ou qu’on éprouve de l’appréhension.
• ne pas mélanger plusieurs produits ensemble.
• limiter la fréquence des consommations.
Si vous êtes consommateurs, ne consommez pas seul, et entourez-vous de personnes de confiance.

 

Concernant l’alcool

Limitez votre consommation, qu’elle soit régulière ou occasionnelle. Faites attention à certaines boissons alcoolisées dites aromatisées.
Ne conduisez pas après avoir consommé.
Ne prenez pas d’alcool avant de travailler sur une machine.
Si vous suivez un traitement médicamenteux, assurez-vous qu’il n’y a pas de contre indication à la consommation d’alcool.
Ne mélangez pas avec d’autres substances notamment le cannabis et les médicaments.
Ne consommez pas si vous êtes enceinte.
N’hésitez pas à en parler à un professionnel de santé.

Si vous souhaitez vous informer, le site drogue Info Service (www.drogues-info-service.fr) permet de dialoguer et répond aux nombreuses questions que peut se poser le consommateur ou les proches.

Vous pouvez également prendre contact avec un CSAPA ou un CAARUD, une équipe de professionnels vous accompagne dans vos démarches sociales, psychologiques et/ou médicales.